jeudi 2 août 2012

"Les effroyables imposteurs"






Partie 2 - Partie 3 

Entre journalistes corporatistes et ésotérisme de bas étage.
Le "cyber-obscurantisme" (mis au goût du jour par des religieux ou par des groupes d’extrême droite qui tentent de se refaire une jeunesse) est en pleine bourre.
Le documentaire essaie de remettre la balle de l' "objectivité" dans le camp des journalistes. Mais comme la question des conditions de production de l' "information" n'est posé qu'aux "faux journalistes" (des militants pour la plupart) et jamais à la profession, le film sonne comme une levée de bouclier pour la défense des intérêts des journalistes professionnels attaqués sur leur terrain de jeu.
Pourtant, le film pourrait se prolonger en questionnant par exemple le fait que la proximité réelle entre journalistes et pouvoir politique fait depuis longtemps le jeu de ce complotisme farfelu et mystique. Aussi, l'incapacité qu'ont la plupart des journalistes à mettre en question publiquement leur façon de travailler (cadences infernales, concurrence impitoyable, dégradation de l’exigence qualitative...) et leur inclinaison à se cacher derrière des faux fuyants ou des vœux pieux donne sans cesse du grain à moudre aux croyants illuminés du "Nouvel ordre Mondial" ou autre loufoquerie intellectuelle.
La question de l'"information" mériterait un minimum qu'on l'examine sous son aspect économique si on ne veut pas laisser la remise en question du pouvoir médiatique se travestir entre les mains d'apprentis sorciers qui ont très vite et trop bien appris les ficelles de la "communication".







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire