mardi 3 avril 2012

La strategie du choc (Naomi Klein)





Ce documentaire propose une analogie entre les méthodes de coercition, de torture, de "remodelage" psychologique développées par la CIA dans les années 60 (notamment les électrochocs) et les modes de propagation des doctrines ultra libérales des années 70 à nos jours.
Faire perdre tout repère pour pouvoir en imposer de nouveaux.
 Comme "on" a pu utiliser les électrochocs pour déstructurer et restructurer la personnalité d'opposants politiques ou de simples malades (avec des résultats scientifiquement nuls et moralement criminels), les tenants de l'ultralibéralisme profitent ou suscitent des chocs collectifs, -économique et culturels- (régimes dictatoriaux, guerres, catastrophes naturelles...) et remodèlent (tant que les victimes sont "sous le choc" et n'ont pas les moyens de défendre leurs intérêts, leur identité propre, leurs valeurs ...) l'Etat, l'organisation économique dans le sens du "Marché" comme seul horizon politique.
Le mérite du documentaire est aussi et surtout de retracer l'histoire de l'ultra-libéralisme (ou néo-libéralisme) en tant que système intellectuel et en tant que doctrine imposée. Des balbutiements d'un groupe d'universitaires marginaux (les "Chicago boys") dans un contexte de keynésianisme installé, aux premières "applications" de ces théories dans le Chili de Pinochet,dans l'Argentine de Videla, pour être exportées ensuite aux US et au Royaume uni sous Reagan et Thatcher, puis au reste du monde de manière aveugle, indifférenciée, systématique et in fine totalitaire. Le documentaire termine sur les suites de la (seconde) guerre en Irak.
Au bout du chemin, il est aussi intéressant de constater la potentialité criminelle d'universitaires rarement remis en cause, dont la responsabilité n'est quasiment jamais pointée, alors qu'ils tiennent une place importante dans l'imposition politique, économique et culturelle avec pour conséquences directes:  famines, torture, guerre, pauvreté, analphabétisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire